Habillage

 

Gérard pose le tissu. Les parois sont d’abord ceintes de baguettes à anglaiser, puis les découpes, préparées à l’avance et accrochées sur les murs à l’aide de houzeaux tapissier, sont elles-mêmes agrafées sur des baguettes. Le bord est replié de telle sorte que la partie agrafée demeure cachée et les deux baguettes sont assemblées par des pointes qui passent à travers la trame du tissu et sont donc invisibles.

 

Les plinthes ont reçu une deuxième couche de peinture, sous le regard attentif de Circé. Elles sèchent à présent sous nos yeux dans le local associatif.